Agents immobiliers : pourquoi ne pas baisser sa commission ?

UneMaisonBleue.com

C’est un peu le monde à l’envers ce dernier « coup de pub » d’un grand réseau national d’agences immobilières qui demandait, la semaine dernière, à ses clients vendeurs, de baisser leurs prétentions afin de dégripper le marché… Pourquoi reporter sur ses clients une action que l’on peut faire soi-même ? Car une plus grande liquidité du marché peut aussi passer par un système de commissions réduites ! Charité bien ordonnée commence par soi-même…

Si une rémunération au pourcentage, correspondant en moyenne à 6 % du montant du bien vendu, n’est déjà pas juste en temps normal (économiquement, rien ne justifie que la vente d’un bien de 300 000 euros génère une rémunération deux fois plus importante que celle d’un bien de 150 000 euros, alors que le service est le même !), elle est encore plus problématique en temps de crise…

En effet, face à des salaires stagnants et à la difficulté d’obtenir un crédit auprès d’établissements financiers de plus en plus sélectifs, la route des candidats acquéreurs est déjà semée d’embûches. Dans ce contexte, les agents immobiliers devraient endosser le rôle de « facilitateurs » des transactions, en « n’assommant » pas leurs clients avec des commissions parfois disproportionnées (entraînant l’échec de certains projets)… Et particulièrement hors de propos en période de crise, comme me le faisait remarquer un client britannique qui notait récemment qu’à Londres, la commission en moyenne ne dépasse pas 1 %.

Tout le monde y gagnerait. Le marché immobilier retrouverait une activité plus grande (apportant donc plus d’affaires aux professionnels) tandis que les clients verraient leurs possibilités financières s’élargir. Même relativement faible, cette marge de manœuvre financière serait loin d’être inutile : chacun, sait, dans la profession, que certains projets n’aboutissent pas pour quelques milliers d’euros manquants…

Prenons un exemple.  Un vendeur souhaite céder un appartement dont il veut en retirer 300 000 euros (diverses expertises ont donné des chiffres autour de ce prix). Il s’adresse à une agence lui proposant d’appliquer une commission de 5 %. Le bien est alors mis en vente à 315 000 euros. Sollicitée à son tour, UneMaisonBleue met le bien en vente à 305 980 euros, soit 9 020 euros de moins ! Une somme qui peut faire la différence et aider un foyer à concrétiser son projet immobilier…

Malgré les hauts cris de certains professionnels, une baisse de la rémunération des agents immobiliers est possible, sans diminution de la qualité de service et sans entraîner non plus des dépôts de bilan à la chaîne dans la profession. Les fermetures à déplorer ces derniers mois ont eu lieu dans des agences « classiques », pratiquant la rémunération au pourcentage… Pendant ce temps, UneMaisonBleue qui propose des frais d’agences réduits et fixes de 5 980 euros pour toute vente d’un montant inférieur à 1 500 000 euros (soit la très grande majorité du marché français) se développe bien, recrute et a prouvé que la qualité était au RDV.

 

Par Anthony Perrat, co-fondateur d’UneMaisonBleue

 

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.